Bisphénol A… et c’est pas fini ! | Diététique et santé

Bisphénol A… et c’est pas fini !

Nous serions-nous réjouis trop vite ? L’interdiction, dans tous les contenants alimentaires, du Bisphénol A depuis le 1er janvier 2015 semblait apporter une réponse rassurante à tous les consommateurs inquiétés par les cris d’alerte de nombreux scientifiques internationaux (voir article précédent : Bisphénol A : la fin heureuse d’une longue histoire… mais en France seulement !). Or il convient plus que jamais de rester vigilent.

En effet, les industriels envisagent de remplacer dans certaines applications le Bisphénol A (BPA) par ses cousins, le Bisphénol F (BPF) ou le Bisphénol S (BPS). Le BPS est notamment employé dans la fabrication des biberons et des papiers thermiques (facturettes bancaires, tickets de cinéma, loto, etc ;). Or des chercheurs de l’INSERM viennent de publier une étude montrant que le BPS et le BPF auraient le même effet négatif  sur la production de testostérone par les testicules humains. Des études menées sur des animaux (donc à prendre avec davantage de recul) révèlent également un impact négatif sur le rythme de formation des neurones et sur le rythme cardiaque. Rien de bien rassurant, donc.

Il faut aussi considérer l’impact des bisphénols sur l’environnement : de tous les Bisphénols employés, le BPS est celui qui se dégrade le moins dans les milieux aquatiques. Il serait même indestructible d’après chercheurs japonais de l’Université d’Osaka qui n’ont pu observer aucun signe de dégradation pour cette molécule !

Fort heureusement, d’autres types de plastiques – sans danger pour la santé –  peuvent être employés en remplacement des bisphénols pour la fabrication des biberons et de la plupart des contenants alimentaires. Mais les propriétés de transparence et de tenue à la chaleur des polycarbonates – plastiques formés à bas de bisphénol – restent à ce jour inégalées, et il n’existe pour l’instant pas de matériau apte à les remplacer pour les boîtes de conserves et canettes.

Il va donc falloir patienter encore avant de crier victoire, d’autant qu’il est très difficile de savoir  quels produits contiennent des Bisphénols S et F, ces substances n’étant pas réglementées. Affaire à suivre…

Be Sociable, Share!

Commentaires clos