L’éternel régime avant l’été

Voici venu le mois de mars, et avec lui la perspective – avec un peu d’imagination, certes, lorsqu’on regarde le thermomètre et la couleur du ciel– des beaux jours, avec leur lot de mini-shorts et jupes légères pour les filles, de chemises ouvertes sur un buste avenant pour les garçons. Mais à y regarder de plus près, il est bien possible que la petite robe de l’été dernier nous boudine au point de nous faire ressembler à un rosbif ficelé trop serré, et que de la chemisette de ces messieurs émerge un bidon que Michel Ange a négligé de sculpter sur son David…. La presse se délecte de ce grand moment de doute et d’angoisse qui saisit une grande majorité de la population féminine et un nombre croissant d’hommes. Selon les premiers résultats de Nutrinet Santé (grande étude nationale via internet visant à évaluer le comportement alimentaire des français – https://www.etude-nutrinet-sante.fr), 1 femme sur 3 de poids normal se trouve trop grosse et 2 femmes sur 3 voudraient peser moins : voici donc un bon potentiel de lecteurs pour les magazines qui promettent de détenir « la » solution pour perdre 2 à 4 kg avant la plage.

Bien sûr, il devient difficile de se renouveler… On peut toujours inviter Jean-Michel Cohen à nous livrer ses méthodes de bon sens, mais finalement tout le monde les connaît. Certains vont chercher quelques gourous de l’amaigrissement sans effort, mais qui croît encore à la méthode miracle ? Faute de mieux attendez-vous à voir apparaître des articles qui vous expliquent que les régimes ne fonctionnent pas et que le bon sens est de manger sain et équilibré (voir Manger moins et mieux, Comment maigrir) ! Reste la grande mode de la cure « détox » (voir La diète détox, grand nettoyage de printemps, Le cerveau contrôle tout) , pas si bête si elle est bien conduite !

Est-il ridicule de vouloir perdre quelques kilos avant l’été ? Bien sûr,  le mieux est de garder un poids stable. Mais objectivement, comment ne pas prendre 2 ou 3 kilos quand nous passons plusieurs mois dans le frimas et la grisaille, à nous consoler à grand renfort de choucroute et raclette, à sécher la piscine parce qu’on a encore attrapé un rhume, à renoncer à courir sous pluie glacée ? Prendre quelques kilos l’hiver n’est pas bien grave, mais qu’advient-il si on ne les perd pas l’été suivant ? Mon avis est que c’est en se préoccupant de ces quelques kilos avant de les laisser trop s’accumuler que l’on parvient à maintenir son poids et à  éviter d’avoir un jour plus de 10 kg  dont on voudrait se délester, ce qui est infiniment plus compliqué et préjudiciable à notre santé (voir Le cycle infernal des régimes, Le secret des calories)  ! Alors promis, dés les premiers rayons de soleil, je m’y mets !

Be Sociable, Share!

Commentaires clos