Comprendre l'etiquetage

Additifs alimentaires : faut-il les craindre ?

C’est dans les années soixante-dix qu’ils ont commencé à susciter la crainte parmi les consommateurs français. C’est en effet à ce moment qu’a été instaurée la nouvelle codification « E… ». Cette longue liste de codes étranges apparaissant sans explication préalable parmi les ingrédients a logiquement inquiété l’opinion publique, d’autant plus que l’usage des additifs s’est largement développé à cette époque.

Ces additifs sont souvent des substances naturelles, certains ont subi une transformation chimique, quelques-uns sont totalement artificiels. Leurs rôles sont divers.

  • Les conservateurs (E200 à E297) limitent le développement des bactéries.
  • Les anti-oxygènes (E300 à E321) retardent l’oxydation (rancissement) des graisses et prolongent la durée de vie des produits.
  • Les colorants (E100 à E180) rendent certains produits plus attirants. Que seraient les bonbons sans les colorants ?
  • Les agents de texture : émulsifiants, gélifiants, épaississants, texturants (E322, E339 à 341, E400 à 483, E1400 à E1450) sont pour la plupart des substances alimentaires (pectines, amidon, lait, œufs, fibres, etc.)

Leur emploi est aujourd’hui soumis à une réglementation très stricte. Les taux présents dans les produits alimentaires courants sont généralement très inférieurs aux quantités maximales autorisées par la législation. Ils sont sans aucun danger si vous gardez une alimentation variée et équilibrée. Si, en revanche, vous mangez des bonbons à longueur de journée, beaucoup de crèmes desserts et de produits transformés (biscuits, etc.), ce qui est le cas de certains enfants, vous pouvez dépasser les doses journalières recommandées et vous exposer à un effet toxique (lire encadré). Mais les effets indésirables restent exceptionnels. Et n’oublions pas que certains de ces additifs aident à limiter les risques d’intoxications alimentaires en évitant la corruption trop rapide des produits.

Quels risques ?

Les quelques colorants présentant un risque allergène ayant été retirés, le risque allergique est presque effacé aujourd’hui. Les seules maladies qui ont pu être reliées à l’ingestion massive d’additifs alimentaires sont des laryngites (dues à l’excès de sulfites) et des hépatites (dues à l’excès d’anti-oxygènes). Les cas observés sont rares et liés à une alimentation monotone et très déséquilibrée. En revanche, de sérieux doutes pèsent sur les colorants E520, 521, 522 et 523 : ils  contiennent des sels d’aluminium qui pourraient favoriser l’apparition de maladie neurologiques et entraîner une déminéralisation osseuse. Enfin, les soupçons à l’égard de certains additifs accusés de favoriser l’hyperactivité chez l’enfant ne sont pas actuellement retenus par la communauté scientifique, l’ensemble des études menées sur ce point ne mettant en évidence aucun lien avéré.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?