Faire des économies

Bien manger pour pas cher

« Bien manger coûte cher » : en êtes-vous vraiment sûr(e) ? Préparer une liste nécessaire et suffisante, ne pas remplir son caddie d’articles superflus, faire jouer la concurrence en choisissant bien le lieu de ses achats sont, nous l’avons vu, de bonnes manières de limiter les frais. Reste à savoir choisir au mieux ses aliments et vous verrez qu’économie ne rime pas avec pauvreté nutritive, au contraire ! Le retour aux aliments simples et à la cuisine maison facile peut vous faire réaliser de substantielles économies, tout en vous garantissant une alimentation saine et équilibrée.

De bonnes protéines à petit prix

La viande coûte cher, certes ; mais rappelez-vous qu’on en mange souvent trop ! De plus, les protéines ne sont pas présentes que dans les morceaux de première catégorie. Réservez donc le filet de bœuf pour les jours fastes et, pour le quotidien, préférez les « bas morceaux », nettement moins coûteux, les volailles – à la fois bon marché et pauvres en graisses –, et les morceaux peu gras de porc (côtes premières, grillades, rôti). N’oubliez pas les œufs qui offrent le meilleur rapport qualité-prix sur le plan protéique et vitaminique, ni les abats, trop souvent délaissés. Si vous avez une famille à nourrir, remettez au goût du jour les plats uniques tels que le bœuf-carottes, le pot-au-feu, la potée, le cassoulet, le couscous, etc.

Le poisson aussi est souvent vendu à un prix prohibitif. Redécouvrez chez votre poissonnier le lieu, le colin, mais aussi la sardine et le maquereau (frais ou en conserves), excellentes source d’oméga 3. Pour les autres poissons, tournez-vous vers les surgelés, à cuire tels quels au four en papillotes (avec épices et aromates) ou à laisser décongeler la veille au réfrigérateur, recouverts de lait dans un saladier pour leur faire retrouver leur fraîcheur première.

Economiser sur les produits laitiers revient à choisir la simplicité : achetez les laitages (yaourts, fromage blanc, faisselle, petits suisses) natures. Vous pourrez toujours les aromatiser avec de la compote, une cuillère de confiture ou de miel, pour obtenir un dessert raisonnablement sucré et sans excès de graisses. Limitez les fromages : ils coûtent cher et leur forte teneur en graisses animales en fait des aliments à consommer avec parcimonie.

La qualité contre la quantité

Aller au moins cher n’est pas toujours le plus intéressant. Mieux vaut parfois choisir de bons produits : grâce à leur goût plus prononcé, on éprouve moins le besoin d’en manger de grandes quantités. Et on répugne à les gaspiller. C’est particulièrement vrai pour les fromages et le vin.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?