Le pain et les féculents

Biscuits : un concentré de sucre et de graisses

Les compositions sont très variables, et il serait réducteur de mettre tous les biscuits et autres gâteaux dans le même panier. On peut toutefois définir trois grands groupes.

  • Les biscuits riches en sucres complexes, essentiellement composés de farine et de graisses. Ce sont les biscuits secs : petits beurres, sablés, biscuits à thé, etc. Leur index glycémique est modéré à bas, grâce aux matières grasses et à une teneur en sucre pur assez raisonnable. Leur valeur calorique va de 435 kcal/100 g pour le petit-beurre (36 kcal/biscuit) et la langue de chat (13 kcal/biscuit) à 500 kcal/100 g pour les biscuits bretons (40 kcal/biscuit). Cette première catégorie est la plus compatible avec une alimentation équilibrée : trois à quatre biscuits secs, éventuellement accompagnés d’un laitage ou d’un fruit,  peuvent constituer un goûter rassasiant.
  • Les biscuits riches en sucres simples. Il s’agit des gaufrettes, tartelettes aux fruits, biscuits roulés, boudoirs, barquettes à la confiture, feuilletés glacés au sucre, etc. Leur index glycémique est logiquement plus élevé ; ils sont donc moins rassasiants et dangereusement propices aux compulsions sucrées. Mieux vaut ne pas laisser traîner le paquet devant soi ! Les moins caloriques sont les gaufrettes et les barquettes à la confiture qui n’apportent « que » 350 kcal/100 g (12 kcal pour une gaufrette et 22 kcal par barquette). Viennent ensuite les génoises à la confiture nappées de chocolat (50 kcal par biscuit), les palmiers (45 kcal/biscuit) ; et gardons pour la fin les roulés et les tartelettes à la confiture, qui atteignent 80 kcal par biscuit.
  • Les biscuits riches en lipides et sucres simples comme ceux nappés de chocolat et les sablés (50 à 60 kcal par biscuit), les cookies (80 à 100 kcal par biscuit), ainsi que tous les marbrés, fourrés et biscuits aux pépites de chocolat destinés aux goûters des enfants qui culminent de 120 à 180 kcal l’unité… sans pour autant couper la faim !

De temps en temps et en petite quantité, pourquoi pas ? Mais si l’on a tendance à l’embonpoint ou qu’on est plutôt accro au sucre, mieux vaut ne pas en avoir dans ses placards. Quoi qu’il en soit, lisez soigneusement les tables de composition et bannissez ceux qui contiennent de l’huile de palme ou dont l’origine des graisses n’est pas explicitement détaillée.

Biscuits apéritifs : plus de graisses et de sel

Avec une valeur calorique à peu près équivalente pour toutes les variétés (500 kcal en moyenne pour 100g), les biscuits apéritifs sont particulièrement riches en lipides (25 % à 35 %, soit deux fois plus que dans les biscuits sucrés), en grande partie saturés et en sel (1,5 g/100g, soit 1/3 de nos besoins quotidiens). Les sucres simples y sont bien sûr moins présents… mais pas absents !

Une portion « normale » de20 g(soit une quinzaine de biscuits apéritifs classiques) est déjà équivalente à une à deux cuillères à dessert d’huile ; mais qui parvient à s’arrêter à 20 g  ? Les allégés sont un peu mieux (400 kcal et 10 % de lipides), à condition de ne pas en manger davantage. Et gare encore à la graisse de palme…

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?