Les secrets des calories

Comment fonctionne notre corps

A force de se focaliser sur l’aptitude des aliments à nous lester de quelques kilos superflus, on en oublie l’essentiel : sans ces fameuses calories derrière lesquelles se cachent des molécules indispensables à notre corps, nous ne serions pas là pour en parler ! Une fois énoncé, cela paraît évident, mais il est bon de le rappeler : manger est nécessaire à la vie ; c’en est l’essence même. Si certains vivent pour manger, nous mangeons tous pour vivre. Chaque cellule de chaque organe de notre corps est une véritable usine de recyclage de ce que nous mangeons.

Tri sélectif

Il convient tout d’abord de distinguer ce que nous mangeons de ce que nous « absorbons ». S’il est philosophiquement admis que nous sommes ce que nous mangeons, il faut un peu modérer ce propos sur le plan physiologique, sinon nous pourrions presque nous comparer à une immense poubelle… Une grande partie de ce que nous mangeons – environ 30 tonnes par an ! – sera en effet trié puis rejeté par notre corps. Rassemblant les propriétés d’une usine de tri sélectif, d’une centrale de production d’énergie et d’un atelier de fabrication qui ne connaît pas la crise, notre corps, grâce à la parfaite coordination entre ses différents organes, tire le meilleur profit de ce que nous lui apportons par le biais de l’alimentation.

De l’œsophage au côlon, notre tube digestif va transporter, trier et découper le contenu de nos repas. Il lui faudra éliminer, grâce aux substances chimiques qu’il sécrète, à la flore bactérienne qu’il abrite et à l’action filtrante de la paroi qui s’étend en une infinité de replis appelés microvillosités tout au long de notre intestin, toutes les substances nocives ou inutilisables que nous ingérons : bactéries, toxines, molécules allergènes, fibres indigestes, etc.

Bien qu’emmenés de main ferme vers la sortie, ces éléments dont notre corps ne veut pas lui serviront tout de même indirectement : ils permettront par exemple de nourrir nos si utiles bactéries colonisatrices et contribueront à stimuler notre transit intestinal !

Objectif des nutriments : les cellules

Soigneusement sélectionnées, découpées en minuscules molécules par les enzymes – substances chimiques sécrétées par les organes de notre tube digestif, en particulier par notre estomac, notre pancréas, notre vésicule biliaire et notre intestin grêle –, les parties utiles des aliments vont pouvoir être « absorbées ».

N’oublions pas de citer le rôle des vitamines du groupe B (B1, B2, PP) petits éléments issus aussi de nos aliments qui, tels des papiers d’identité indispensables au passage des frontières, permettront le découpage et donc l’absorption de ces molécules que nous appelons nutriments.

Reconnues comestibles par notre organisme, les nutriments vont franchir la barrière intestinale et pourront poursuivre leur voyage dans la circulation sanguine. Tel un immense réseau gouverné par le prodigieux aiguilleur qu’abrite notre système nerveux et son réseau de neurones, notre circulation sanguine va acheminer chaque molécule vers son objectif, en fonction des besoins du moment et des propriétés de chacune.

Car l’objectif final, pour ces fameux nutriments, est la cellule. Notre corps n’est qu’un immense jeu de lego, constitué de milliards de cellules qui ont chacune leur rôle et leur vie propre, et sont en continuel renouvellement. Les nutriments vont permettre à la cellule de se fabriquer, se renouveler et fournir l‘énergie nécessaire à son fonctionnement. Les vitamines et minéraux viendront apporter une indispensable collaboration aux multiples réactions chimiques qui régissent le fonctionnement du corps humain, ou s’associer à la fabrication de certaines cellules. Principal composant de notre corps, l’eau servira aux divers échanges et transports de molécules et interviendra dans de nombreuses réactions chimiques.

 

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?