Les légumes et les fruits

Conserves en métal et emballages plastique : attention danger !

Les nutritionnistes n’hésitaient pas, il y a encore peu de temps, à vanter les qualités nutritionnelles des conserves et à les considérer, au même titre que les surgelés, comme une alternative bien pratique aux produits frais. Bien sûr, on savait qu’ils ne pouvaient pas remplacer purement et simplement ces derniers, mais nos spécialistes étaient bien loin de penser que les conserves (de fruits, légumes, poissons, plats cuisinés, etc.) seraient mêlées à un possible scandale sanitaire dans lequel, par ailleurs, elles ne seraient pas les seuls impliquées, puisqu’il concerne tous les produits alimentaires mis en contact avec une matière plastique.

L’affaire du bisphénol A

Le bisphénol A (BPA) est composé chimique  utilisé depuis plus de 40 ans pour la fabrication de plastiques. Sa production est massive, et le BPA est dispersé tant dans l’environnement que dans l’organisme de chacun de nous. En effet, les plastiques sont largement employés dans l’industrie agro- alimentaire : qu’il s’agisse des barquettes pour les produits prêts à l’emploi, de la fine pellicule qui tapisse le fond des boîtes de conserve en métal (destinée à éviter le contact direct entre l’aliment et l’aluminium), des récipients utilisés pour cuire ou réchauffer les plats au micro-ondes,  ou de vaisselle en plastique, tous sont susceptibles de contenir du BPA. Or cette molécule a la faculté de migrer spontanément vers l’aliment, surtout si le contenant en plastique est nettoyé avec des détergents puissants ou utilisé pour contenir des aliments acides ou des denrées à haute température. Notons que lors du processus de stérilisation des conserves, les aliments, préalablement conditionnés, sont soumis à de très hautes températures favorisant la migration du BPA contenu dans le revêtement. Le BPA peut s’accumuler dans notre corps, en particulier dans les cellules graisseuses, et on le retrouve effectivement dans l’organisme d’une grande majorité de la population,  y compris les enfants. De récentes études révèlent que la contamination peut aussi se faire par voie respiratoire ou par la peau, mais semble-t-il de manière moins importante.

Le BPA est un leurre hormonal

Capable de mimer l’effet des hormones sexuelles féminines, il aurait sa part de responsabilité dans la recrudescence, depuis quelques décennies, de nombreuses maladies et  dérèglements physiologiques : baisse de fertilité et stérilité masculine, puberté précoce chez les filles, obésité précoce, effets potentiels sur le cerveau et la prostate des fœtus et nouveau-nés,  cancer du sein et de la prostate, diabète, maladies cardiovasculaires, anomalies hépatiques…

Les effets pervers des BPA sont encore assez mal connus, mais de nouvelles études viennent régulièrement confirmer les précédentes et justifient de prendre très au sérieux les inquiétudes qu’elles suscitent, et de faire jouer le principe de précaution. Les scientifiques ne sont pas tous d’accord avec les doses maximales admissibles mais certaines études montrent que l’exposition chronique au BPA, même à très faibles doses, serait susceptible de perturber irréversiblement le fonctionnement de notre organisme.

Comment repérer le bisphénol A ?

Certains de ces plastiques sont repérables par le chiffre 3 (PVC), 7 (autre), ou PC (polycarbonate)  au centre ou en dessous du symbole de recyclage (cercle ou triangle constitué de flèches). Mais ce serait trop simple si tous les récipients que nous utilisons portaient de telles mentions explicites… Pour l’instant, la meilleure précaution consiste à débarrasser  vos placards de toutes les boîtes plastiques, biberons, pièces de vaisselle, etc. qui y logent depuis des années. Remplacez-les par des récipients en verre. Et si, comme on peut le souhaiter, l’industrie mettra bientôt au point des substituts inoffensifs du BPA et que la loi obligera les fabricants à nous avertir de sa présence, vous choisirez les récipients garantis sans BPA.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?