Rythmes alimentaires

L’ère des repas simplifiés

Les repas complets comportant une entrée, un plat, un laitage ou fromage et un dessert constituent aujourd’hui pour la plupart d’entre nous une exception, plutôt réservée aux repas de fête. Ils évoquent les déjeuners qui s’éternisent autour de la table familiale, avec les enfants qui trépignent d’impatience, les adultes qui résistent mollement à l’offre insistante de la maîtresse de maison à « en reprendre encore un peu » alors qu’elle leur a déjà servi une ration pour piliers de rugby, en songeant avec une pointe d’inquiétude à la digestion difficile qui les attend.

Les sociologues qui étudient l’évolution des comportements alimentaires constatent que la norme s’est déplacée : les repas simplifiés, comportant seulement deux éléments, représentent aujourd’hui près des deux tiers (63 %) des repas des Français. La formule raccourcie « plat garni et dessert », dans laquelle s’efface la distinction entre le fromage et le dessert, est de plus en plus souvent choisie (33 % des repas consommés). Restent tout de même 37 % de repas complets qui comporteront au moins quatre éléments.

Les chercheurs qui ont réalisé cette étude en 1999 ont eu la bonne idée de questionner en parallèle les individus sur ce que représentait pour eux un repas « normal » : ils étaient 61 % à manifester leur attachement au repas complet ! Quand on vous dit que le Français est pétri de paradoxes…

Comment concilier repas simplifiés et équilibre alimentaire ?

Que faut-il déduire de ces chiffres ? Que pour la majorité d’entre nous, les repas sont amputés d’une partie des éléments nutritifs censés garantir l’équilibre nutritionnel. On pourrait adopter une position conservatrice et prôner le retour aux repas traditionnels. Mais ce serait nier l’évolution naturelle de nos comportements et de nos modes de vie.

Vous préférez les repas simplifiés ? Nul besoin de bouleverser vos habitudes, ils sont tout à fait compatibles avec une alimentation équilibrée… sous quelques conditions.

  • Veillez à ce que vos repas comportent au moins deux éléments : un plat garni et une entrée ou un dessert.
  • Prévoyez-les suffisamment rassasiants pour éviter les fringales précoces. Ils comporteront donc des sucres complexes (pain et/ou féculents) et seront relativement copieux (forcez sur les légumes verts).
  • Complétez-les avec des collations bien choisies (laitage – ou fromage – et fruit par exemple).

Essayez, quand vous en avez le temps et l’envie, d’alterner avec des repas plus complets, comportant au minimum une entrée, un plat garni et un dessert (fruit ou produit laitier).

Evitez cependant de glisser vers des repas qui ne mériteraient plus d’en porter le nom et deviendraient des grignotages anarchiques, hors de tout horaire et de toute structure. Ce type d’alimentation ne peut s’accorder avec notre rythme biologique et on sait qu’il peut faire des ravages, détruisant l’équilibre métabolique et faisant perdre la capacité de se nourrir selon ses besoins. Responsable, à terme, de carences et de troubles du comportement alimentaire, c’est l’un des principaux facteurs d’obésité.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?