Minéraux et vitamines

Le calcium, ciment du squelette

Bien connu de tous, le calcium est l’objet d’une attention particulière dans un monde où atteindre le grand âge est devenu un espoir à la portée de chacun. Nos os ont la lourde tâche de nous garantir validité et autonomie tout au long de notre vie, mais ils se fragilisent avec l’âge. On sait à quel point la qualité des apports en calcium est intimement liée à la résistance de notre squelette. Et ce ne sont pas là les seules vertus de ce minéral essentiel à notre santé.

Le calcium, c’est du solide !

C’est en effet la calcification de l’os qui lui confère sa solidité. Contrairement aux idées reçues, nos os restent vivants tout au long de notre vie. Certes, passées les jeunes années, inutile d’espérer les voir grandir. Mais ils continuent à se renouveler en permanence par des processus simultanés de construction et destruction.

En période de croissance, la construction l’emporte sur la destruction. Au fur et à mesure des années, le mécanisme s’inverse, aboutissant trop souvent, après la ménopause chez la femme (en raison de transformations hormonales) et un peu plus tard chez l’homme (après soixante ans), à l’ostéoporose. Caractérisée par une diminution de la masse osseuse, elle peut toucher tous les os du squelette, qui deviennent poreux et peuvent casser au moindre choc, voire spontanément dans les cas les plus graves. Elle passe souvent inaperçue jusqu’à l’apparition de fractures ou de tassements vertébraux très douloureux et invalidants. Souvent considérée comme une maladie du troisième âge, l’ostéoporose doit en fait être prévenue dès l’enfance et l’adolescence. Si vous voulez garantir à vos os une longue et heureuse vie, deux règles simples s’imposent : leur apporter régulièrement le calcium dont ils ont besoin et pratiquer une activité physique régulière.

Chez la femme, les traitements hormonaux de substitution post-ménopause ont longtemps été considérés comme un excellent mode de prévention. Ils sont aujourd’hui remis en cause, car ils pourraient favoriser la survenue de certains cancers du sein. En plus de l’âge et des apports insuffisants en calcium, plusieurs facteurs favorisent la perte osseuse : l’hérédité, le tabac, l’absence de toute activité physique (même la marche), la consommation abusive de café et d’alcool et le fait d’être plutôt petit(e) et mince !

Les périodes clés pour fabriquer des os résistants à toute épreuve sont l’enfance, l’adolescence, les grossesses et l’allaitement, et enfin le troisième âge : autant dire une bonne partie de la vie ! L’adolescence des filles pose à ce titre le problème des régimes démarrés de plus en plus tôt et souvent très déséquilibrés. C’est ainsi que dans les plus graves cas d’anorexie, on voit chez des adolescentes des débuts d’ostéoporose irréversibles, comparables à ceux de femmes de 80 ans ! Le calcium est aussi un constituant important de nos dents, à privilégier notamment lors des poussées dentaires de l’enfant.

Derniers – mais non moindres – rôles du calcium : il intervient dans la contraction musculaire (la carence en calcium favorise les crampes) et dans nombre de fonctions vitales telles que le rythme cardiaque, la tension artérielle et la coagulation sanguine.

Calcium et cancer du côlon

Des observations chez l’animal faisaient suspecter un rôle protecteur du calcium contre le cancer du côlon. Deux études menées dans cinq pays différents ont réuni leurs résultats pour aboutir en 2004 à ces conclusions : plus grande est la consommation de calcium, plus faible est l’apparition de cancer colorectal.

Ce rôle protecteur est fourni aussi bien par le calcium issu des produits laitiers que pour celui issu des autres aliments ou de compléments médicamenteux.


Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?