Les secrets des calories

Le cycle infernal des régimes

Sous prétexte de kilos superflus, on peut être tenté de soumettre son organisme à une diète alimentaire prolongée, sous forme de régime draconien. Au bout d’un certain temps, n’en pouvant plus de ce régime de famine, on « craque », et adieu régime, on revient à l’alimentation d’avant. Oui, mais notre métabolisme s’est adapté tout au long de ces mois de famine, et il a appris à fonctionner avec très peu de calories. Il va se trouver tout à coup avec un tel surplus que non seulement il va reprendre tout le poids perdu, mais il va même dépasser le poids initial…

Alors, il ne reste qu’une solution : se remettre au régime ! Encore plus draconien que le premier, histoire de baisser un peu plus son métabolisme de base… et c’est l’enclenchement du phénomène « yoyo », aboutissant à des obésités contre lesquelles on ne peut plus rien faire, ou presque, d’autant plus catastrophique qu’il touche un enfant ou un adolescent. Les spécialistes sont formels : il est beaucoup plus dangereux pour la santé d’avoir un poids « yoyo » que de conserver toute sa vie un poids excédentaire, mais stable.

Des réserves en cas de pépin

Nous savons comment l’énergie des aliments est utilisée. Mais que fait-on des surplus consommés ? Notre corps est prudent : depuis l’origine de notre espèce, il n’ignore pas le risque de carence alimentaire dû aux facteurs environnementaux, aux blessures et aux maladies. Comme l’écureuil cache ses noisettes dans le creux d’un arbre, notre corps sait stocker les calories superflues dans les cellules prévues à cet effet, les adipocytes… qui constituent nos charmantes rondeurs ! C’est donc essentiellement sous une certaine forme de graisses – ou lipides – appelés triglycérides que les nutriments fournisseurs d’énergie seront stockés.

D’où viennent les calories ?

La répartition entre les différents nutriments admise par les organismes internationaux de santé (FAO, OMS) est la suivante:

  •  12 % à 15 % de l’énergie fournie quotidiennement doit provenir des protides (ou protéines), soit 1g de protéines par kilo de poids corporel et par jour ;
  • 30 % à 35 % doit provenir des lipides (ou graisses) ;
  • 50 % à 55 % doit provenir des glucides (ou sucres).
  • On sait que 1 g de lipides apporte 9 kcal, alors que 1 g de glucides ou protides en apporte 4, et on sait évaluer les besoins caloriques journaliers d’un individu donné. Un simple calcul permettra donc au nutritionniste de définir, pour chacun, les besoins quotidiens en grammes pour chaque nutriment.
  • Pour un individu dont les besoins caloriques sont évalués à 2 500 kcal/jour (plutôt un homme), il faudra chaque jour:
  • 75 à 90 g de protides ;
  • 80 à 95 g de lipides ;
  • 310 à 340 g de glucides.
  • Pour un individu recevant 2 000 kcal/j (plutôt une femme), on apportera:
  • 60 à 75 g de protides ;
  • 65 à 80 g de lipides ;
  • 250 à 275 g de glucides.

 

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?