Acheter malin

Le hard discount fait-il vraiment faire des économies ?

Incontestablement, le hard discount (parfois nommé maxidiscompte en français) permet au consommateur de réaliser des économies assez impressionnantes. Une enquête du magazine Que Choisir de février 2009 (N° 467) dans 1 500 magasins de ce type afin d’y évaluer la hausse des prix à deux ans d’intervalle fait apparaître que si celle-ci est bien réelle (13 % en moyenne), on note des différences appréciables d’une enseigne à l’autre (21,4 % d’écart entre le panier le plus cher et le moins cher). Et surtout, ces magasins restent en moyenne 32 % moins chers que la grande distribution classique.

Toujours selon la même étude, les produits économiques vendus dans la grande distribution sous leurs propres marques, dites « marques de distributeurs » (MDD) permettent certes d’adoucir la facture en comparaison des produits de grandes marques, mais ils restent nettement plus chers que ceux proposés par le hard discount. A panier équivalent (14 produits de même type), celui composé de produits MDD coûte 25 % plus cher que celui du hard discount. Quant au panier « grandes marques », il est 38 % plus cher que le panier MDD, soit 63 % plus cher que celui du hard discount !

Mais comment font-ils ?

L’idée du hard discount est partie du constat suivant : le consommateur actuel place au premier plan l’argument économique, en raison de la flambée des prix mais aussi parce que la tendance est à vouloir investir son argent ailleurs que dans l’alimentation (loisirs, high-tech, voyages), qui ne représente plus aujourd’hui que 17 % des dépenses des ménages. Restait à trouver comment se procurer des produits à des prix défiant toute concurrence et à imaginer des surfaces de vente entraînant un minimum d’investissement.

Pour réduire les prix, il a suffi de négocier avec les producteurs, et de choisir le moins cher. Malgré une marge très faible, celui qui décroche le contrat y retrouvera sans doute ses petits dans la mesure où il va bénéficier d’un nombre de points de vente impressionnant et souffrira peu de la concurrence des autres marques.

La conception des magasins est aussi un excellent moyen de réaliser des économies : un minimum de vendeurs (mal payés et soumis à des conditions de travail parfois scandaleuses), des locaux qui ressemblent à des hangars, situés sur des terrains de taille moyenne peu coûteux, un minimum de mobilier, quelques spots qui déversent un éclairage blafard, peu de frais de publicité… Pour les produits eux-mêmes, le conditionnement et le packaging sont réduits au minimum. Le client s’en plaindra d’autant moins que l’heure est à la dénonciation du gaspillage ; c’est même pour lui la preuve qu’il ne risque pas de se faire avoir !

Des magasins « près de chez vous »

La taille relativement modeste des supermarchés à prix cassés leur permet de s’implanter de plus en plus souvent au cœur des agglomérations ou en proche périphérie, ce qui les rend accessibles à un large public qui n’a plus à parcourir plusieurs kilomètres en voiture pour faire ses courses. Moins d’essence dépensée, moins de temps perdu : encore quelques deniers d’économisés… Mais rude concurrence pour les petits commerces, déjà été bien affectés par l’apparition des grandes surfaces. Le seul atout qu’ils peuvent encore exploiter est celui de la qualité. On constate en effet que ceux qui survivent le mieux sont les petits commerces de produits de luxe (spécialités régionales, épicerie fine, traiteurs)… et les magasins bio.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?