Minéraux et vitamines

Le sélénium : un engouement mérité ?

Voilà un minéral étonnant : à peine cité, en fin de liste, parmi les oligo-éléments il y a encore quelques années, il caracole aujourd’hui en tête du hit-parade des « nutriments-miracles », soulevant les espoirs les plus fous en matière de santé. Il est vrai que ses pouvoirs sont multiples.

Indispensable à la synthèse de nombreuses enzymes, il intervient aussi dans la fabrication des hormones thyroïdiennes et de protéines spécifiques des spermatozoïdes et de la prostate. Mais c’est surtout son rôle antioxydant qui le rend si attrayant. Le sélénium serait un courageux adversaire de ces redoutables ennemis de  nos cellules appelés radicaux libres, responsables de leur vieillissement et de leur faiblesse face à l’assaut des virus.

Ainsi, le sélénium serait capable de réveiller notre système immunitaire comme semblent le prouver les études menées sur des personnes porteuses du virus du Sida, dont il inhiberait la réplication. Ses vertus antioxydantes laissent espérer des applications pour certaines maladies caractérisées par un vieillissement accéléré, notamment des yeux, mais aussi du cerveau. On sait en outre que les carences en sélénium entraînent des états anxieux, voire dépressifs. Si l’on ajoute que de nombreuses études lui confèrent un rôle dans la prévention de certains cancers, on comprend l’engouement qu’il suscite.

Faut-il pour autant se ruer sur le sélénium comme s’il pouvait résoudre tous nos maux ? Ce serait oublier un principe fondamental : les nutriments ne sont bénéfiques qu’à dose physiologique (c’est-à-dire à dose « normale ») ; l’excès est donc inutile, et parfois dangereux. La complémentation par voie médicamenteuse doit certes être envisagée chez les personnes exposées aux risques de carences ou souffrant de maladies dégénératives ; mais pour les autres, inutile d’espérer la cure de jouvence ou la santé inébranlable ! Les excès de sélénium peuvent même se révéler toxiques, à l’origine de chutes de cheveux et d’ongles cassants, de lésions de la peau voire, dans les cas extrêmes de dommages aux os, au foie ou au cœur.

Où trouve-t-on le sélénium ?

SI les vertus du sélénium vous attirent, intégrez régulièrement à votre alimentation poissons, fruits de mer, foie, rognons, céréales complètes, oignons, ail, brocoli, choux et levure de bière… en toute sécurité !


Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?