Les légumes et les fruits

Légumes frais ou surgelés ?

La nature suspicieuse de l’homme l’incite à la prudence vis à vis de certains modes de conservation qui paraissent – souvent à tort – contre nature. C’est pourtant grâce à certaines de ces techniques que chacun peut disposer aujourd’hui de végétaux d’excellente qualité nutritive et gustative à toute période de l’année, pour un coût modeste. Pour ceux qui ne mangent pas de légumes sous prétexte qu’ils exigeraient un trop long temps de préparation et qu’ils s’abîmeraient trop vite, mauvaise nouvelle : cette excuse n’est plus recevable !

Fruits et légumes frais : respectez les saisons !

Alors que les produits alimentaires voyagent d’un bout à l’autre de la planète, il paraît quelque peu désuet de préconiser l’achat de fruits et légumes de saison et de provenance voisine. C’est pourtant la meilleure façon de s’assurer de bons apports en micro-nutriments et des quantités tolérables de pesticides. Mais n’a-t-on pas oublié à quelles saisons se récoltent la plupart des fruits et légumes ? Rafraîchissons-nous la mémoire.

C’est à partir du printemps que l’on dégustera frais asperges, petits pois, tomates, certaines salades (cresson, frisée, laitue, scaroles), poireaux, carottes primeurs, navets, concombres, les radis, choux et choux-fleurs, champignons de Paris, girolles, épinards, courgette, artichauts violets, bulbes (oignon, ail, échalote) et pommes de terre nouvelles. Côté fruits, le printemps est la saison idéale pour certaines espèces de pommes (golden, grany) et de poires (passe-crassane), les fraises, les cerises, les abricots, les nèfles, les melons, les pêches et les nectarines.

Le soleil d’été continuera à faire mûrir ces mêmes fruits et légumes, nous apportant en plus l’aubergine, le poivron, l’artichaut camus, l’endive rouge, les haricots, les fruits rouges (cassis, mûre, groseille, framboise), les prunes, certaines variétés de raisins (cardinal, muscat, chasselas…), quelques poires (guyot, william) et pommes (reine des reinettes, royal gala) tandis que disparaîtront progressivement les carottes et pommes de terre primeur, les fraises et les cerises.

Avec l’automne, on verra apparaître sur les marchés endives, carottes, figues, potirons, épinards, champignons sauvages, clémentines, avocats, graines oléagineuses, châtaignes, tomates d’automne, quetsches, raisin, encore des choux (chou-fleur, chou vert et choux de Bruxelles) et des pommes (golden, reinette, grany, rouge américaine…) et des poires (comice, conférence, hardy). Subsisteront les courgettes, aubergines et poivrons qui permettront encore de réaliser de savoureuses ratatouilles ainsi que les carottes, navets et poireaux pour concocter des soupes qui nous réchaufferont encore lorsque l’hiver s’installera.

Les gelées d’hiver réduisent naturellement l’éventail des végétaux que la nature met à notre disposition, mais on trouvera encore bon nombre de légumes (céleris, salsifis, endives, choux, champignons de Paris, blettes, betterave…), les mêmes pommes et poires qu’en automne mais aussi les agrumes, les kiwis, et les fruits exotiques, disponibles toute l’année.

Comment laver la salade ?

La question peut paraître stupide ; pourtant, de plus en plus de consommateurs boudent la salade fraîche au profit de la salade en sachet sous vide, nettement plus chère, juste pour éviter l’étape lavage. Au risque de les décevoir, il faut aussi laver les salades en sachets pour en éliminer les pesticides ! Inutile de laisser tremper la salade des heures dans l’eau, vous y perdriez bien trop de micro-nutriments, et le trempage n’est utile que pour celles qui contiennent de la terre et des petits insectes (on ajoutera alors un peu de vinaigre). Passez-la plutôt par petits paquets de feuilles sous un filet d’eau fraîche avant de bien l’essorer.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?