Le cerveau contrôle tout

Les dangers du jeûne

Le jeûne strict qui se limite soit à un apport hydrique exclusif (eau, tisanes, thé vert), soit à la consommation de bouillons de légumes, jus de fruits et fruits n’est pas sans danger pour l’organisme. Il présente des risques de carences multiples, sans gravité sur une période de quelques jours, mais dangereux s’ils se prolongent. Il diminue les défenses immunitaires, au risque de favoriser les infections. Le jeûne génère une fatigue importante, ce qui le rend incompatible avec une vie sociale et professionnelle normale.

Le principal inconvénient est la fonte musculaire. Totalement dépourvue de protéines, cette diète va dans un premier temps entraîner la mobilisation des sucres de réserve du foie et des muscles pour continuer à alimenter le cerveau. Lorsque ces réserves seront épuisées, après 48 heures, celui-ci sera obligé de s’attaquer aux protéines des muscles. Cette perte musculaire affaiblira beaucoup le sujet et sera très longue à reconstituer.

La faim disparaît au bout de deux à trois jours de jeûne, pour ne réapparaître qu’au bout de trois semaines environ, lorsque l’organisme a épuisé toutes ses réserves. S’il est prolongé au-delà, l’individu court un grave danger, car l’organisme n’aura plus d’autre choix que de puiser dans les organes vitaux, et l’issue sera fatale.

Selon certains médecins, le jeûne serait pourtant utile dans le traitement de maladies chroniques comme l’arthrite rhumatoïde, l’hypertension artérielle et l’insomnie. Mais il est absolument indispensable de le pratiquer sous contrôle médical, pour ne pas risquer d’y perdre la santé ou tout simplement la vie. Des centres de jeûne médicalisés existent ainsi aux Etats-Unis, au Canada, en Grande-Bretagne et en Australie.

Le jeûne pour purifier l’organisme

On parle aujourd’hui de diète « détox », comme d’une méthode qui permet au corps de se purifier en l’aidant à éliminer ses toxines. Il ne s’agit pas véritablement d’un jeûne, puisqu’on mange des aliments choisis. Ainsi débarrassé de ses polluants, l’organisme serait mieux armé pour résister aux maladies et retrouver le dynamisme perdu.

Tout d’abord, qu’appelle-t-on toxine ? La toxine est un poison, c’est à dire une molécule qui peut générer des maladies ou perturber le fonctionnement des cellules du corps. Les toxines nous rendent moins résistants à la maladie et à la fatigue, elles génèrent des problèmes dermatologiques et digestifs, sont parfois responsables de troubles du sommeil, maux de tête, hypertension, déprime, etc. Évidemment, il serait trop beau de pouvoir leur attribuer l’entière responsabilité de toutes nos petites faiblesses : il suffirait de s’en débarrasser pour vivre tous centenaires et dans une forme olympique ! Il s’agit là d’un pur fantasme, parfois véhiculé par des « gourous » peu scrupuleux. Mais on ne peut nier que le mode de vie contemporain favorise l’accumulation de toxines dans notre corps, depuis les pesticides jusqu’à l’alcool, en passant par la nicotine, la caféine, la pollution ambiante. Heureusement, notre corps dispose de moyens efficaces pour s’en débarrasser : les reins, les intestins, le foie, la peau et les poumons, qui sont en quelque sorte nos filtres naturels. Les partisans du jeûne purifiant pensent cependant que la tâche est trop lourde, et qu’un petit « décrassage » de temps en temps ne peut que faire du bien. Il n’y a actuellement aucune preuve scientifique qui permette de l’affirmer, mais une chose est sûre : cela peut faire du bien au moral !

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?