Se mettre au bio

Les modèles agricoles intermédiaires

A mi-chemin entre l’agriculture intensive et l’agriculture bio, on voit aujourd’hui naître des formes intermédiaires, qui tentent de se frayer une place auprès des consommateurs et aimeraient bien se voir accorder une législation appuyant leur légitimité.

Le Centre d’études pour un développement agricole plus autonome (CEPADA), créé en 1982 par André Pochon, défend une agriculture basée sur une très nette réduction de l’utilisation d’engrais chimiques et de pesticides et sur un mode d’élevage n’utilisant que l’herbe comme nourriture pour le bétail. Il bénéficie d’un cahier des charges très proche de celui de l’agriculture biologique, auquel il ajoute juste un peu de souplesse.

L’agriculture raisonnée se situe dans la même mouvance, mais ne dispose à ce jour d’aucun cadre réglementaire. C’est donc une porte ouverte à des messages trompeurs pour le consommateur, qui n’a pour l’instant aucune garantie sur les méthodes employées, ni sur l’exclusion des OGM, ni sur les quantités de produits chimiques employées. Souhaitons donc qu’une réglementation apparaisse rapidement. En attendant, les produits issus de ce modèle sont distribués dans de nombreuses chaînes de supermarchés, qui les présentent sous des logos tels que « Filière Qualité », « Terre et saveur », etc.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?