Déjouer les pièges

Les pots et le grignotage au bureau

Peut-être avez-vous un(e) sympathique collègue, tel le lieutenant Froissy des romans de Fred Vargas, dont les tiroirs regorgent de victuailles en tous genres, paré(e) pour résister à un siège de plusieurs jours grâce à une copieuse réserve de bonbons, biscuits et autres confiseries chocolatées. Etrangement, il (elle) reste mince (pas vous !), ses grignotages intempestifs semblent ne pas avoir de prise sur sa taille d’adolescent(e) ; et bien sûr, il (elle) est généreux(se)…

Difficile de résister à la boîte de bonbons devant laquelle vous passez trente fois par jour, difficile de refuser les chocolats tendus d’une main affable… Et peut-on se plaindre d’une ambiance de travail bon enfant qui incite à trouver chaque jour ou presque de nouvelles occasions pour se réunir autour d’un pot amical ?

Prévoyez un fruit au cas où

Si vous n’avez pas la chance de « brûler » les calories aussi facilement que la collègue du commissaire Adamsberg, vous devrez bien apprendre à résister à ces tentations et à dire parfois « non merci ». Le jour où vous prenez la décision de mieux gérer votre alimentation, de retrouver et maintenir le poids dans lequel vous vous sentez bien, mieux vaut rester discret sur vos intentions vis à vis de vos collègues. Il y a toujours un envieux pour guetter le moindre de vos écarts ou même vous y inciter en vous lançant un « tu es très bien comme ça ! ». Faites le compte, sur un jour ou deux, des grignotages auxquels vous cédez habituellement au bureau et traduisez-les en calories : il suffit parfois de retirer ce petit excédent pour obtenir à terme un  résultat significatif sur la balance.

Enfin, prévoyez éventuellement un fruit (pomme, clémentine, etc.) ou quelques biscuits riches en fibres et allégés en sucre (crackers ou galettes de riz, par exemple) pour le cas où vous craqueriez. Et n’hésitez pas à participer au choix des aliments et boissons destinés aux pots afin d’y introduire tomates cerises, fruits de saison, boissons light, etc. à côté des sempiternelles cacahuètes et sodas. Bien sûr, tout est question de fréquence : les excès ne nuisent que s’ils sont répétés et deviennent une habitude.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?