Le cerveau contrôle tout

Lorsque manger devient une souffrance

Lorsqu’apparaissent les troubles du comportement alimentaire, généralement à l’adolescence, la nourriture prend une place centrale dans la vie de la personne touchée. Le simple fait de s’alimenter sera générateur de souffrances profondes et, malheureusement, souvent durables. On distingue trois types de troubles du comportement alimentaire : l’anorexie, la boulimie et la compulsion alimentaire.

L’anorexie se manifeste souvent à l’issue d’un régime amincissant dans le but de perdre « quelques kilos » jugés disgracieux. Viennent ensuite la peur de manger trop et la distorsion de l’image corporelle, qui entraînent dans la spirale infernale du « toujours plus mince ». Les anorexiques (à 90 % des femmes) se trouvent toujours « trop grosses », même lorsqu’elles pèsent 35 kilos. Il ne s’agit pas là de mauvaise foi ni de cynisme : elles se vivent réellement trop grosses et aucune parole ne pourra suffire à les en dissuader. Elles useront et abuseront de toutes les stratégies imaginables pour perdre davantage de poids : sport intensif, régime de famine, mais aussi vomissements, laxatifs… Paradoxalement, manger devient pour elles un acte destructeur. C’est un trouble à prendre au sérieux, car dans les cas extrêmes, il peut conduire au décès (5,6 % de décès sur 10 ans d’anorexie). La maladie est liée à une grande souffrance psychologique, traduisant une carence affective que les jeunes femmes tentent de combler en attirant ainsi l’attention de l’entourage. Elle s’accompagne de troubles de santé importants liés aux carences alimentaires : ostéoporose, chutes de cheveux, disparition des règles, etc.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?