Acheter malin

Ne tombez pas dans le panneau !

Apprendre à identifier les pièges sans cesse plus astucieux imaginés par les pros du marketing est une première étape essentielle pour mieux les déjouer.

Prenez la disposition des rayons : finies les pancartes bien voyantes permettant de repérer d’un coup d’œil la rangée qui vous intéresse ! Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Une disposition aléatoire des rayons agencés de manière à nous faire tourner en rond au point de nous faire perde le nord, voilà le bon moyen pour nous amener à visiter tous les recoins du magasin ! Et voilà comment, venu chercher un paquet de sucre, vous vous retrouvez les bras chargés de victuailles… parfois sans le paquet de sucre que vous avez fini par oublier ! Evidemment, en client fidèle vous finissez par connaître l’arrangement du magasin. Mais cela aussi est prévu : une petite remise en beauté chaque été, un relooking bien pensé, et voilà tous vos repères évaporés.

Rangés trop en hauteur

Bizarre comme certains produits sont perchés dans les rayons. Pourtant, la ménagère française ne mesure que rarement un mètre quatre-vingt. Vous vous en doutez : les produits placés en hauteur (ou au ras du sol) sont ceux qui offrent la plus faible marge bénéficiaire. Mais, lorsqu’on est pressé, prend-on le temps de demander, avec un sourire gêné, à un aimable client qui passe par là de nous attraper le paquet de biscottes tout là-haut ?

L’heure est à l’écologie et au bio ? Un bon patron de supermarché ne craint pas la démagogie. Et voilà le rayon fruits et légumes enveloppé de lumières douces et de délicieux chants d’oiseaux exotiques. Joli emballage pour nous vendre des végétaux bourrés de pesticides comme s’ils venaient d’un jardin potager.

Les musiques distillées par les hauts-parleurs font aussi l’objet d’un choix mûrement réfléchi : douces pour vous inviter à flâner aux heures creuses, gaies, entraînantes et entrecoupées d’annonces promotionnelles aux heures d’affluence pour vous inciter à remplir le caddie avec entrain.

La bonne odeur du pain chaud

L’art de la tromperie a ses limites. Distiller une enivrante odeur de pain frais tout juste sorti du four s’avère très efficace pour attirer le client au rayon boulangerie. Le nez en l’air, vous suiviez irrésistiblement le doux fumet… qui n’est en réalité qu’un parfum de synthèse, la pain n’étant parfois même pas cuit sur place ! Cette pratique malhonnête a attiré l’attention des associations de défense du consommateur, qui en ont fait interdire l’usage. Sachez que lorsque les pains qui sont proposés à la vente ne sont pas fabriqués sur place, les points de vente ne peuvent pas porter l’enseigne « boulangerie » ; ils s’appellent « dépôt de pain » ou portent un nom plus équivoque, comme « viennoiserie ».

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?