Se mettre au bio

Pourquoi manger bio coûte cher

Le bio n’est pas à la portée de toutes les bourses. Il faut bien reconnaître que la clientèle habituelle des magasins bio est plutôt constituée de personnes appartenant aux classes moyennes ou supérieures. Les ménages aux revenus modestes et les familles nombreuses n’y ont guère accès. Une fois de plus, ce sont les moins riches qui se voient limités dans leurs choix alimentaires, alors que l’on sait qu’ils sont aussi les plus touchés par l’obésité.

On ne peut que le déplorer, mais le prix élevé du bio est justifié. L’agriculture biologique fournit des rendements nettement moindres que ceux de l’agriculture intensive, la différence pouvant atteindre 50 % dans certains cas. Elle est également plus gourmande en main d’œuvre et en surface. Il faut y ajouter le coût de la mise au repos des terres avant le démarrage d’une production, l’insuffisance des subventions (en comparaison de celles des grandes productions agricoles), le coût de la certification, etc. L’agriculteur qui décide de « se mettre au bio » consent des conditions de travail plus rudes pour un bénéfice financier souvent moindre, et en tout cas pas immédiat.

Malgré tout, les prix du bio baissent, et il faut reconnaître aux supermarchés le mérite de les rendre plus accessibles… bien qu’ils en profitent pour appliquer sur ces produits des marges supérieures à celles qu’ils prennent sur leurs équivalents classiques – et qui sont, elles, totalement injustifiées.

On peut espérer que l’aide financière apportée aux agriculteurs, l’augmentation de ce mode de culture et d’élevage et le succès rencontré auprès des consommateurs permettront de faire baisser encore les prix. Saluons au passage l’excellente idée qui consiste à introduire du bio dans les menus des collectivités, et en particulier des cantines scolaires : c’est une voie royale vers l’accès du bio au plus grand nombre.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?