Rythmes alimentaires

Sauter un repas ne fait pas maigrir !

Certains s’étonnent de ne pas parvenir à perdre de poids, voire à en prendre, alors qu’ils ne font qu’un ou deux repas par jour ! Inutile d’invoquer un patrimoine génétique malchanceux. Il existe en réalité plusieurs explications physiologiques à ce phénomène.

Tout d’abord, il faut savoir qu’une part non négligeable de l’énergie que nous apporte chaque repas va servir à la digestion de ce repas. Ce phénomène répond au petit nom de « thermogénèse alimentaire ». Ainsi, 8 % à 10 % des calories seront directement dépensées pour le fonctionnement digestif, de l’absorption intestinale à l’utilisation et au stockage des nutriments. Une personne prenant trois repas par jour pourra compter sur une dépense de 200 kcal liée à la digestion, tandis que celle qui n’en fait qu’un ou deux n’en dépensera que 100. Bien sûr, cette dépense est proportionnelle au contenu énergétique du repas : n’espérez pas non plus maigrir en faisant huit repas par jour !

Notre organisme est astucieux

La deuxième explication vient du fait que notre organisme sait particulièrement bien s’adapter aux phénomènes de privation alimentaire. Ainsi, à l’exemple d’un lion qui tarderait à croiser une gazelle, l’être humain qui ne voit pas arriver sa pitance intègre le fait qu’il doit s’habituer à des repas espacés. L’organisme va donc faire preuve d’astuce pour profiter au maximum des calories qui lui seront apportées lors de ce repas tant attendu. Il va déployer au maximum sa capacité d’absorption des nutriments et récupérer ainsi le maximum de calories. On croit souvent que les personnes qui sautent un repas grignotent plus et mangent davantage au  repas suivant. C’est parfois vrai mais, souvent, le total des calories absorbées dans la journée reste assez modeste. Seulement, ces calories sont exploitées au maximum de leur rendement, et davantage stockées en prévision de prochaines périodes de jeûne ; car l’organisme jure que l’on ne l’y reprendra pas, et il fait ses réserves !

Les études menées sur le petit déjeuner, en particulier, confirment ce phénomène. Pour être en forme et maintenir – ou alléger – son poids, l’idéal est donc de faire trois à quatre repas raisonnables par jour !

Thermogénèse alimentaire et stress

Selon une étude de 1983, une partie de la consommation calorique imputable à la digestion des aliments peut être bloquée par l’action du système nerveux sympathique, qui régule en particulier le stress. Ce serait là une des pistes permettant d’expliquer comment le stress psychique peut « faire grossir ».

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?