L'alcool et l'eau

Simple et saine : l’eau du robinet

Pour notre corps, la meilleure boisson est l’eau ; mais laquelle ? L’eau du robinet a le mérite de nous simplifier le problème, en plus d’être de loin la plus économique. De tous les aliments, l’eau est celui qui fait l’objet des contrôles les plus stricts et assidus par les services de santé. A chaque niveau de circulation, depuis leur source (souterraine, rivière ou fleuve) jusqu’aux réseaux de distribution, elle est analysée minutieusement et lorsqu’une anomalie est détectée, les populations sont immédiatement averties et ravitaillées en eau en bouteille.

La composition de l’eau courante peut fluctuer d’une heure à l’autre, ce qui impose une surveillance permanente, notamment quant à sa teneur en minéraux. Les sols dont elle provient l’ont en effet chargée en sels minéraux, dont les taux sont ajustés de manière à l’adapter à toutes les populations, y compris les enfants, femmes enceintes et personnes âgées. Elles sont adoucies, pauvres en nitrates et chlorates. Vous l’ignorez peut-être, mais la composition exacte de l’eau de votre lieu d’habitation est obligatoirement affichée en mairie et régulièrement remise à jour.

On reproche souvent à l’eau du robinet sa richesse en calcaire et son goût chloré dû aux procédés d’épuration. Le meilleur moyen de neutraliser le goût chloré est de la conserver au réfrigérateur au minimum une heure avant de la boire. Le calcaire n’est autre que le calcium de l’eau : il n’a donc que des avantages sur la santé ; ses seuls désagréments sont d’ordre ménager, pour le lavage de la vaisselle et du linge. Les adoucisseurs d’eau présentent donc l’inconvénient de priver l’eau d’une partie de ses qualités nutritives ! En outre, l’eau du robinet est « écologique », puisqu’elle se passe d’emballage et ne génère pas de déchet.

Les eaux en bouteille : un choix supplémentaire

La législation en matière d’eau est relativement complexe. Il faut donc apprendre à lire les étiquettes. Les eaux de source proviennent toujours d’une nappe souterraine alimentée par des eaux qui ont suivi dans le sol un parcours permettant filtration et élimination de la plupart des polluants. Elles ont l’avantage, par rapport à l’eau du robinet, de ne pas transiter par les tuyauteries et d’échapper au goût chloré. En revanche, elles ne sont pas à l’abri de contamination par des apports extérieurs liés à la pollution lors du captage : leur composition est variable et la teneur en nitrates n’est pas garantie.

La seconde catégorie est représentée par les eaux minérales naturelles, issues de sources rigoureusement définies et dont les accès sont protégés. Leur composition, figurant sur l’étiquette, est stable tout au long de l’année. Elles sont exemptes de toute contamination ou agent polluant. Elles sont relativement chères mais sont les plus strictement surveillées, et les seules à pouvoir afficher le label « bénéfique pour la santé », délivré par arrêté ministériel après avis de l’Académie nationale de médecine. La composition en minéraux leur confère parfois des vertus thérapeutiques. Certaines ont des effets laxatifs, d’autres peuvent aider à corriger une carence en magnésium ou calcium, d’autres encore sont recommandées dans le traitement de calculs rénaux, etc.

Ni minérale, ni eau de source… qu’est-ce que c’est ?

Si vous ne voyez inscrit sur la bouteille aucune des mentions précitées, c’est que l’eau que vous achetez est une eau banale, juste exempte de tout contaminant jusqu’au moment de l’ouverture de la bouteille. Elle ne correspond à aucun critère spécifique et se fait parfois appeler « eau de table ». Pour parler franchement, sauf si on l’apprécie pour son goût, elle ne présente aucun avantage par rapport à l’eau du robinet, si ce n’est celui d’enrichir son distributeur !

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?