Manger au quotidien

Un repas de célibataire

Manger seul, c’est manger plus vite. N’étant pas distrait par la participation à un dialogue, on mastique moins, on ne prend jamais la peine de poser la fourchette entre deux bouchées. Le temps du repas s’en trouve considérablement réduit (on a hâte que cela finisse), on ne laisse pas à la satiété le temps de s’installer et on rend le processus de digestion moins efficace.

Le repas en solitaire est souvent peu varié : pas besoin de composer avec les goûts d’autrui, on ne mange que ce qu’on aime… et on réduit forcément son répertoire alimentaire, jusqu’à se borner à quatre ou cinq plats, les plus simples à confectionner parmi ses préférés.

Le rythme alimentaire, aussi, est fréquemment anarchique. Le nombre de repas par jour n’est pas, comme nous l’avons vu, le plus important et on peut en faire cinq ou six sans nuire à l’équilibre alimentaire. Mais dans le cas du célibataire, ces repas sont souvent aussi anarchiques dans leur contenu que dans leurs horaires : repas principaux tronqués, grignotages étalés sur toute la soirée, etc.

Le célibataire est particulièrement apprécié des industriels de l’agroalimentaire : il sera souvent moins regardant sur les prix, pour peu que les aliments soient d’un emploi facile, ou mieux, prêts à l’emploi. Ils lui vendront facilement des préparations trop riches en graisses et en sucres, mais qu’il suffit de déballer ou de passer tout au plus au micro-ondes. C’est encore mieux quand on peut manger directement dans l’emballage !

Célibataire épisodique ou régulier ?

Les sociologues qui s’intéressent aux comportements alimentaires de nos contemporains ont défini deux catégories de mangeurs solitaires :

  • Le célibataire épisodique, pour qui le repas en solo représente un espace de liberté. S’il est de sexe masculin, il sera plus enclin à manger au restaurant ou à se préparer de bons petits plats qu’il prendra assis à table après avoir dressé le couvert. Une femme profitera plutôt de ce moment de solitude pour se dégager de la corvée habituelle : elle évitera de cuisiner, limitera au maximum la vaisselle, sautant même parfois le repas.
  • Le célibataire régulier, homme ou femme, vit généralement plus mal ce moment. Si, dans un premier temps, il néglige son alimentation et se nourrit de façon anarchique et déséquilibrée, il finira par se lasser des repas pris sur le pouce et se résoudra à un comportement plus conventionnel. Il deviendra souvent grand connaisseur en matière de plats cuisinés du commerce !


Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?