Acheter malin

Vers une uniformisation des produits

Mais on se pose forcément la question : petits prix signifie-t-il piètre qualité ? Pas toujours. Selon plusieurs études (Que Choisir, 60 Millions de consommateurs), la qualité gustative et nutritionnelle des produits du hard discount est finalement aussi inégale que celle des produits de marques classiques (ils sont d’ailleurs souvent fabriqués dans les mêmes usines !). On peut même dire qu’elle s’est significativement améliorée ces dernières années, sans doute du fait de l’extension de sa clientèle.

C’est plutôt le choix proposé qui est critiquable. Il est en effet assez inquiétant de constater la place qu’y prennent les produits de qualité nutritionnelle médiocre comme boissons sucrées, confiseries, biscuiterie, desserts lactés, charcuteries, plats cuisinés riches en graisses, etc., tandis que les fruits, les légumes, les viandes et les poissons y sont assez modestement représentés. Car le principe du hard discount est bien de présenter au consommateur moins de produits que les grandes surfaces, donc en priorité ce qui plait au plus grand nombre. Les cadres chargés du choix des denrées ne font pas que sélectionner des produits existants, mais soumettent aux industriels leurs attentes et interviennent souvent directement dans la conception même des produits. Les goûts seront donc généralement peu prononcés, avec une préférence pour les saveurs simples comme le salé et le sucré.

Le problème est qu’en ne proposant au consommateur que les produits plébiscités par la majorité, on risque de le conforter dans de mauvais choix. Imaginez un adolescent à qui on ne donnerait à lire que des ouvrages destinés aux lecteurs de sept ans. Même s’il lit beaucoup, même s’il est intelligent, son vocabulaire restera celui d’un enfant de sept ans. Bien qu’il ne soit pas, loin de là, le seul responsable, le commerce à prix cassés risque d’accentuer l’appauvrissement du vocabulaire gustatif et culinaire d’une partie de la population, amenant à la perte de la diversité et à l’uniformisation des goûts.

Plus de variété

Reconnaissons-le, les enseignes hard-discount font depuis quelques années des efforts en matière de variété. Ainsi, les grandes marques y sont de plus en plus représentées et le choix de produits de base s’est nettement élargi. On y trouve même aujourd’hui des produits bio.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?