Les oeufs

Viande et cancer colorectal : coupable ou non coupable ?

Les grands carnivores peuvent s’inquiéter : une importante étude américaine portant sur 150 000 adultes a montré que les plus forts consommateurs de viande rouge augmenteraient de plus de 30 % leur risque de développer un cancer colorectal. Un cancer très répandu, qui tient la seconde place en fréquence d’apparition chez la femme, et la troisième chez l’homme. Rappelons que le terme « viande rouge » regroupe toutes les viandes à l’exception des volailles et du lapin : bœuf, agneau, porc, veau. Le risque serait encore aggravé chez les grands amateurs de charcuteries. En revanche, aucun risque n’a été décelé chez ceux dont les excès concernent les volailles et poissons. A la vue de ces résultats, l’American Cancer Society a diffusé un avis de mise en garde et fixé à200 gpar semaine la quantité de viande rouge à ne pas dépasser.

Sans doute faut-il prendre un peu de recul face à ces conclusions, car la viande rouge tient en réalité une place très mineure face aux autres facteurs de risques connus qui sont le tabac, l’obésité et la sédentarité. D’autre part, l’étude comporte certaines lacunes, relatives au choix de la population testée (sujets d’une soixantaine d’années) et à la non prise en compte des modes de cuisson des viandes. En effet, un steak grillé n’a peut être pas le même impact sur la santé qu’une viande baignant dans la sauce ou ensevelie sous la mayonnaise !

Attendons donc d’autres études avant de conduire les viandes rouges au bûcher. Contentons-nous de mettre en garde contre les comportements les plus excessifs et de vanter encore une fois les vertus de la variété.

Be Sociable, Share!
Article précédent :

Article suivant :

Une question, un commentaire ?

Vous devez tre connect pour poster un commentaire.


Copyright 2015 Diététique et santé
Qui sommes-nous ?